Dernièrement, plusieurs clients et lecteurs m’ont partagé quelques déceptions et défis personnels actuels créés par l’entrepreneuriat (imprévu majeur, fermeture temporaire en raison d’une inondation, refus de financement d’une institution financière, incapacité de se verser un salaire décent, ultimatum d’un conjoint, etc.).

C’est effectivement l’envers de la médaille, et il est peu médiatisé.

L’isolement de l’entrepreneur peut créer un sentiment de frustration : « Pourquoi moi ? », « Suis-je le seul dans cette situation ? ».

Non. La réalité, c’est que plusieurs entrepreneurs à succès ont également vécu des périodes difficiles. Pensons à Nicolas Duvernois de PUR Vodka qui a gagné le prix de la meilleure vodka au monde en 2009 et qui a dû nettoyer les planchers d’un hôpital le soir même de l’annonce. Au nouveau Dragon Dominique Brown qui était à quelques semaines de la faillite de son entreprise (Beenox) avant de signer LE deal qui allait tout faire basculer. Et dans une tout autre envergure, à Steve Job d’Apple qui s’est fait montrer la porte de l’entreprise qu’il a fondée pour y revenir en sauveur 10 ans plus tard.

On vit tous des difficultés.

En toute humilité, j’aimerais vous partager quelques situations que j’ai vécues comme entrepreneur :

•    À une certaine époque, j’ai dû réhypothéquer ma maison au maximum afin de réinjecter de l’argent dans une entreprise de laquelle j’étais actionnaire. J’y ai perdu plus de 120 000 $.

•    J’ai dû retirer tous les REER que j’avais confortablement accumulés pour investir dans le développement d’une autre entreprise.

•    J’ai dû dire à ma conjointe que l’argent que j’avais déposé sur l’îlot dans la cuisine (moins de 25 $) était tout ce que l’on avait de disponible jusqu’à ce qu’un de mes clients paie ses factures (plus de 25 000 $).

•    Pendant 2 ans, je ne me suis pas versé de salaire afin de réinvestir tout l’argent généré et ainsi me mettre en meilleure position de réussite.

•    J’ai sacrifié des sources de revenus faciles, mais peu payantes (consultations à l’heure, mandats ponctuels), au profit d’excellents clients qui reconnaissent la valeur de ce que je leur offre par mes services et mes entreprises.

Nous vivons tous des moments plus durs durant lesquels nous devons effectuer des sacrifices tout en croyant que c’est possible de réussir. 

Si vous n’y croyez plus, c’est que vous avez déjà abandonné.

Par contre, si vous avez le sentiment que vous n’avez pas tout essayé, persévérez. Vous pourrez vous mettre en position de réussite éventuellement.

Et surtout, parlez-en à d’autres entrepreneurs et faites-vous aider. Vous êtes loin d’être seul dans votre situation.

C’est dans l’adversité que vous découvrirez également sur qui vous pouvez réellement compter.