« Prenez un crayon et une feuille blanche. Signez votre nom.
Changez votre crayon de main. Signez à nouveau. »

C’est encore une fois de cette façon que j’ai commencé une formation visant à certifier un groupe d’entrepreneurs et de gestionnaires d’entreprises au programme de leadership MPO. J’ai emprunté cet exercice à ma collègue Maryse Audet de chez Créacor.

« Alex, je dois t’avouer que c’est inconfortable, voire impossible d’arriver à un résultat comparable. Il faudrait que je me pratique longtemps afin de devenir un peu plus fluide dans ma signature. »

Effectivement, et ce serait selon moi une perte de temps incroyable.

Nous avons tous des talents qui sont plus ou moins innés et que nous avons développés en fonction des différentes expériences que nous avons vécues.

Pour moi, l’entrepreneuriat est une découverte de soi et de son potentiel.

Cependant, pourquoi s’acharner à vouloir tout faire soi-même et vouloir être bon dans tout ?

Par exemple :

– Faire soi-même sa comptabilité quand on gère une PME de six employés.

– S’entêter à commander les fournitures de bureau soi-même.

– Tenir mordicus à laver soi-même les camions de la compagnie.

– Aller au bureau de poste porter des colis, alors que quelqu’un peut les ramasser à notre porte.

– Vouloir être un spécialiste des médias sociaux alors que l’on a d’autres chats à fouetter… dont des contrats à réaliser…

– Superviser au quart de tour nos employés alors que nous engageons des professionnels.

– Suivre des cours de golf juste pour être « moins pire », alors que nous n’avons aucun intérêt…

Selon moi, c’est un grand manque de confiance en soi que de vouloir tout contrôler en tout temps.

Nous devons donc évoluer en connaissant nos limites, et surtout, en misant sur nos forces au lieu de tenter de nous améliorer à propos d’éléments pour lesquels nous avons un talent ou un intérêt très limité.

Alors, pourquoi vouloir signer avec la mauvaise main ?