« Alex, tu développes actuellement une entreprise avec un potentiel mondial. Un entrepreneur a, selon moi, la responsabilité d’amener son entreprise le plus loin possible. Alors, pourquoi souhaites-tu te mettre à la porte d’ici 18 mois ? »

Ce fut la fin de ma plus récente discussion avec mon mentor actuel, Alain Aubut.

Plusieurs personnes sont des mentors sans en avoir officiellement le titre et j’ai eu l’occasion d’avoir sur ma route des gens exceptionnels qui m’ont considérablement fait grandir comme entrepreneur.

Le terme mentor provient de l’Odyssée de Homère, la bible de la mythologie grecque.

Le terme mentor « désigne une personne très expérimentée dans un domaine qui accompagne une autre personne souvent plus jeune et moins expérimentée (mais non moins motivée), en réfléchissant, conseillant, et donnant du soutien moral pour l’aider à se développer ou à débuter avec succès dans sa fonction ».

J’aimerais donc vous faire un récapitulatif de ce que chacun de mes mentors m’a apporté.

Dany Chamberland : Dany était le gérant du Métro de Pont-Rouge où j’ai travaillé dès que j’ai eu 15 ans. J’avais un intérêt pour la gestion et il a cru en moi en me donnant rapidement des responsabilités. Il m’a appris à être responsable, autonome et à prendre des initiatives pour l’amélioration des opérations.

Benoit Bossé : Benoit a été mon maître de stage en amélioration continue lors de mon bref passage dans la fonction publique. Il m’a appris à jeter un regard critique sur tout ce que les gens font par automatisme et à remettre en question tout ce que je vois et entends.

Edwin Simms : Edwin m’a permis de mieux comprendre les affaires et d’allumer mon étincelle entrepreneuriale. Plusieurs des modèles d’affaires que j’utilise actuellement sont la suite logique de tout ce qu’il m’a appris. J’ai également adopté son mantra qui était affiché en gros dans son bureau : Work smarter, not harder – Travaille plus intelligemment, pas nécessairement plus fort.

Yoland Audet : Yoland a cru en moi et en mon côté intrapreneur. Il m’a donné les moyens de voler très haut rapidement en me laissant gérer comme une entreprise tout ce qui était sous ma responsabilité.

Daniel Paré : Daniel est propriétaire de quelques entités et a un bon parcours d’entrepreneur. Il m’a régulièrement ramené à la réalité lorsque j’étais associé chez Transport BLV. Il m’a notamment fait comprendre que j’étais responsable du rendement de mes employés et surtout, qu’avant de faire croître mon entreprise, je me devais d’écrire en bleu. Bref, de générer suffisamment d’argent pour justifier la croissance de mes activités commerciales.

Jacques Lefebvre : Jacques a été mon mentor sur la gouvernance des organisations alors que j’étais vice-président d’Entrepreneuriat-Québec et président de la SADC Bellechasse-Etchemins. Il m’a permis de « voir » les jeux politiques que je négligeais à l’époque. Ma compréhension des liens stratégiques entre organisations me vient, entre autres, de lui.

Alan Weiss : Que dire d’Alan… j’ai découvert ce consultant américain par hasard et j’ai immédiatement connecté avec sa philosophie des affaires. Il est presque comme moi : direct, audacieux et ayant vraiment le souhait d’améliorer la situation de ses clients. Il m’a permis d’être encore plus confiant en mes capacités et surtout de chercher à accélérer tout ce que je fais comme entrepreneur.

Charles René Lambert : Il nous a quittés dans la dernière année, mais Charles René m’a permis d’accélérer ma vitesse en misant sur mes talents innés et en comprenant les différences des autres sans indifférence.

Patrick Bèche : J’avais demandé aux gens de SAGE-Mentorat d’affaires à Québec d’avoir un mentor afin de me guider dans mes enjeux de gestion des ressources humaines et de m’aider à être « plus agréable ». Je sens certains d’entre vous sourire… Lors de la première rencontre, il m’avait dit : « Est-ce que tes clients souhaitent que tu sois “plus agréable” ou veulent-ils que tu leur dises la réalité crue des affaires ? » J’ai donc laissé tomber mon agréabilité potentielle… C’est Patrick qui m’a dit que je ne pouvais pas restreindre les Cellules de propulsion à ma personne.

Alain Aubut : Je connais Alain depuis depuis l’époque ou je siégeais sur le CA d’Entrepreneuriat Québec et qu’il était PDG de la Fondation de l’entrepreneurship. Il est maintenant mon mentor depuis janvier et vous allez en voir l’impact dans la prochaine année…

Vous comprenez maintenant pourquoi je recommande toujours à mes clients d’avoir un bon mentor en plus d’un accompagnement stratégique.

Avez-vous un bon mentor ? Que vous apporte-t-il réellement ?